Aller au contenu
Saison Québec Série Grands rendez-vous

Bach, que ma joie demeure

Billets
Date
7 décembre 2022 à 19:30
Lieu

Salle Raoul-Jobin

Palais Montcalm – Maison de la musique
995, place D'Youville
Québec (Québec) G1R 3P1
Canada

Billetterie
418 641-6040
Sans frais à l'extérieur de Québec
1 877 641-6040

S'y rendre
Tarif 20 $ à 104 $

À la veille du temps des fêtes, trois cantates de Jean-Sébastien Bach parmi les plus sublimes, soigneusement choisies par Bernard Labadie, incluant le très célèbre choral Jésus, que ma joie demeure de la Cantate BWV 147. Mettant en valeur La Chapelle de Québec et quatre solistes exceptionnels et bien appréciés du public des Violons du Roy, ce concert saura assurément réjouir les cœurs.

Chefs et solistes

Bernard Labadie Chef

Reconnu internationalement pour son expertise dans le répertoire des XVIIe, XVIIIe et du début du XIXe siècle, Bernard Labadie est le chef fondateur des Violons du Roy, dont il a assumé la direction musicale de 1984 à 2014, et exerce toujours les fonctions de directeur musical du chœur La Chapelle de Québec, qu’il a fondé en 1985. À la tête de ces deux ensembles, il a effectué de nombreuses tournées dans les Amériques et en Europe, dans les plus grandes salles et les plus grands festivals : le Carnegie Hall et le Lincoln Center (New York), le Walt Disney Concert Hall (Los Angeles), le Kennedy Center (Washington), le Barbican (Londres), la Philharmonie de Berlin, le Théâtre des Champs-Élysées (Paris), le Palais des Beaux-Arts (Bruxelles) et les festivals de Salzbourg, Bergen, du Rheingau et du Schleswig-Holstein. Au printemps 2018, il dirige Les Violons du Roy lors de deux tournées aux États-Unis, au Mexique et en Colombie en compagnie de la violoniste Isabelle Faust et de la soprano Julia Lezhneva.

En 2017, Bernard Labadie a été nommé chef principal de l’Orchestra of St. Luke’s de New York, fonction qu’il occupe à partir de la saison 2018-2019. Il dirige notamment la série annuelle de concerts de cet orchestre à Carnegie Hall. Chef invité très recherché, il dirige régulièrement les grands orchestres nord-américains et européens. En 2017-2018, il est à la tête des orchestres de Cleveland et du Minnesota, des orchestres symphoniques de Pittsburgh, Saint-Louis, Baltimore et Toronto, des orchestres de la radio de Francfort, Finlande (Helsinki) et Berlin, l’Orchestre philharmonique de Radio-France, l’Orchestre national de Lyon et l’Orchestre du Centre national des Arts à Ottawa. Depuis le début de sa carrière internationale à la fin des années 1990, on l’a aussi vu, entre autres, au pupitre de l’Orchestre de la radio bavaroise (Munich), de l’Orchestre du Concertgebouw (Amsterdam), des orchestres de Chicago, New York, Philadelphie, Boston, Los Angeles, San Francisco, Houston et Atlanta, du New World Symphony (Miami Beach) et de l’Orchestre symphonique de Montréal.

Très actif avec les orchestres sur instruments d’époque, il a fait ses débuts avec l’Akademie für alte Musik de Berlin en novembre 2017, et a aussi dirigé l’Academy of Ancient Music, The English Concert, l’Orchestra of the Age of Enlightenment, l’orchestre du Collegium Vocale (Gand) ainsi que la Handel and Haydn Society (Boston) et l’Ensemble Arion (Montréal).

À l'opéra, il a été le directeur artistique de l'Opéra de Québec (1994-2003) et de l'Opéra de Montréal (2002-2006), et à titre de chef invité, il a dirigé notamment au Metropolitan Opera (New York) et aux opéras de Santa Fe, Cincinnati et Glimmerglass. En janvier 2017, il a fait ses débuts au Canadian Opera Company (Toronto), où il retourne en 2019.

À la tête des Violons du Roy ou comme chef invité, il a enregistré une vingtaine de disques pour les maisons Virgin Classics (maintenant Erato), EMI, Dorian, ATMA, Hyperion et Naïve. Deux nouvelles parutions, à la tête de l’Orchestre de la SWR de Fribourg et de l’Akademie für Alte Musik de Berlin, paraissent en 2018.

Grand ambassadeur de la vie musicale de Québec, sa ville natale, Bernard Labadie a été fait Officier de l'Ordre du Canada en 2005 et Chevalier de l'Ordre national du Québec en 2006. En 2008, il a reçu le Banff Centre's National Arts Award pour sa contribution au développement des arts au Canada, et un doctorat honorifique de l'Université Laval, son alma mater. En 2016, Bernard Labadie a reçu le prix Samuel de Champlain à Paris ainsi que l'insigne de Compagnon des arts et des lettres du Québec pour son apport aux arts dans la société québécoise. Il reçoit en mai 2018 un doctorat honorifique de la Manhattan School of Music à New York.

Lydia Teuscher Soprano

Née à Fribourg, en Allemagne, Lydia Teuscher a fréquenté le Welsh College of Music and Drama et l’École supérieure de musique et d’art figuratif de Mannheim.

À son terme, sa saison 2019-2020 aura été ponctuée de nombreux moments forts : Ännchen dans Der Freischütz à l’Opernhaus Zürich, Eurydice dans l’Orfeo de Gluck avec l’Orchestra of the Age of Enlightenment dirigé par Laurence Cummings, Caliste dans la Pastorelle en musique de Telemann avec l’Ensemble 1700, le Requiem allemand de Brahms avec la Robert-Schumann-Philharmonie sous la direction de Guillermo García Calvo, le Requiem de Mozart au Konzerthaus de Vienne avec l’Orchestre des Tonkünstler de la Basse-Autriche et Heinz Ferlesch, et le Requiem de Fauré avec l’Orchestre philharmonique de Los Angeles sous la baguette de Bernard Labadie.

À l’opéra, la soprano a incarné Pamina dans Die Zauberflöte au Festival Mozart de Salzbourg, au Festival d’Aix-en-Provence, au Théâtre Bolchoï, à l’Opéra national bavarois, à Munich, et à l’Opéra d’État de Berlin. Elle a également personnifié Susanna dans Le nozze di Figaro au Festival de Glyndebourne, au Semperoper de Dresde, au Badisches Staatstheater de Karlsruhe et au Centre des arts de la scène de Hyōgo, au Japon, où elle a aussi prêté sa voix à Héro dans Béatrice et Bénédict au Festival Saito Kinen. Elle a en outre interprété Zerlina dans Don Giovanni au Théâtre Bolchoï et Gretel dans Hänsel et Gretel au Festival de Glyndebourne, au Semperoper de Dresde et au Festival Saito Kinen.

Lydia Teuscher collabore régulièrement avec des chefs tels que René Jacobs, Jonathan Cohen, Emmanuelle Haïm, sir Roger Norrington, Helmuth Rilling, Markus Stenz et Bernard Labadie. Parmi ses prestations récentes les plus acclamées, citons Pierrot Lunaire de Schönberg avec l’ensemble de l’Opéra national bavarois, la Symphonie no 4 de Mahler avec l’Orchestre symphonique de Londres et Daniel Harding, la Messe en ut mineur de Mozart avec la Deutsche Kammerphilharmonie de Brême et Sylvain Cambreling, et le Messie de Handel avec l’Orchestre national de Lille et Jan Willem de Vriend.

Avery Amereau Contralto

Originaire de Jupiter, en Floride, Avery Amereau a étudié au Collège de musique Mannes et à l’École Juilliard, où elle a eu l’honneur de recevoir une bourse Kovner et la bourse de carrière Richard F. Gold 2017 de la Fondation Shoshana. Elle a fait ses débuts au Metropolitan Opera en 2016 en incarnant la chanteuse de madrigaux dans Manon Lescaut de Puccini – une performance qui a été saluée par The New York Times : « Captivante… [Avery Amereau] s’est démarquée par son timbre brûlant exceptionnellement riche et saturé. »

Elle a depuis lors fait ses débuts à l’Opéra de Hanovre (Bradamante/Alcina). Elle s’est également produite au Festival de Glyndebourne (Dryad/Ariadne), à l’Opéra de Santa Fe (Olga/Eugène Onéguine), à l’Opéra de Seattle (Ursula/Béatrice et Bénédict), à l’Opera Columbus (Carmen), au Grand Théâtre de Genève (Chérubin/Les Noces de Figaro), au Festival de Salzbourg (le page/Salomé) et a fait ses débuts et à l’Opéra de Lille dans le rôle d’Éduige dans Rodelinda, qu’elle a plus tard repris à l’Opéra de Lyon.

Excellant dans le répertoire baroque, elle s’est produite pendant ses études à Juilliard avec le Département de musique ancienne de l’école sous la direction de chefs d’orchestre comme William Christie et Maasaki Suzuki, ainsi qu’au Festival Bach de Leipzig et à l’Early Music Festival de Boston.

Ses derniers concerts comprennent la première mondiale de The Listeners de Caroline Shaw dans le cadre d’une tournée aux États-Unis avec le Philharmonia Baroque Orchestra, le Messie avec Bernard Labadie et l’Orchestre du Centre national des arts, ses débuts à l’Early Opera Company dans Didon et Énée au Concertgebouw d’Amsterdam, les arias de Vivaldi avec l’Orchestra of St. Luke’s de New York, le Requiem de Mozart avec le Rhode Island Philharmonic Orchestra sous la direction de Bramwell Tovey, ainsi que la Passion selon saint Jean de Bach et le Requiem de Duruflé avec Voices of Ascension (New York). Au fil de ses nombreuses représentations du Messie, elle a notamment chanté avec The Phoenix Symphony, la Nashville Symphony, l’University Musical Society de l’Université du Michigan à Ann Arbor, le Saint Paul Chamber Orchestra et le Saint Thomas Church Choir. Elle a en outre interprété Les Nuits d’été de Berlioz et La Rhapsodie pour alto de Brahms avec l’American Classical Orchestra sous la direction de Thomas Crawford, et a chanté des œuvres de Handel et de Vivaldi en compagnie du Santa Fe Pro Musica.

 

Andrew Haji Ténor

Le ténor canadien Andrew Haji est rapidement devenu l’une des voix les plus convoitées, tant sur la scène lyrique que dans les salles de concert. Lauréat du Grand Prix de la 50e édition du Concours international de chant de Bois-le-Duc et du Prix Oratorio du Concours musical international de Montréal, il a récemment interprété La Passion selon saint Matthieu de Bach avec Pinnock et l’Orchestre du Centre national des Arts et le Messie, accompagné de l’Orchestre symphonique de Toronto.

Le ténor a commencé la saison 2019-2020 en interprétant Alfredo dans La Traviata à l’Opéra de Vancouver, puis il se produit dans le Messie avec l’Orchestre symphonique d’Edmonton, incarne Pollione dans Norma à l’Opéra de Calgary et chante le Stabat Mater de Rossini avec l’Orchestre symphonique de Kitchener-Waterloo et la Symphonie no 9 de Beethoven avec l’Orchestre symphonique de Victoria. Au cours de la saison 2018-2019, il a prêté sa voix à Rodolfo dans La Bohème et à Cassio dans Otello avec la Compagnie d’opéra canadienne (COC). Il a interprété la Messe en si mineur de Bach avec le Chœur Amadeus et Alfredo dans Die Fledermaus à l’Opéra de Saskatoon.

Il s’illustre dans la production Lucrezia Borgia de Donizetti au Festival de Salzbourg. C’est sa première prestation dans un festival. Il joue le rôle d’Hélios dans Herculanum de Félicien David au Festival de Wexford et celui de Rodolfo dans La Bohème de Puccini.

Il est titulaire d’un baccalauréat et d’une maîtrise de la faculté de musique de l’Université de Toronto, où il a participé à plusieurs productions, dont Les Mamelles de Tirésias, Don Giovanni, Candide, Il mondo della luna et Rob Ford : The Opera. Il a été invité à participer à des programmes destinés aux jeunes artistes au Festival de Salzbourg dans le cadre du Young Singers Project, au Centre d’études en opéra en Italie, à la Music Academy of the West et à l’Accademia Europea dell’Opera, où il a été influencé par certains des meilleurs musiciens du monde. Natif de l’Ontario, il a reçu différents prix au Concours de chant Marilyn Horne à Santa Barbara et au Concours annuel de l’Ensemble Studio de la COC.

Matthew Brook Baryton-basse

Matthew Brook s’est produit en solo un peu partout en Europe, en Australie, en Amérique du Nord et du Sud et en Extrême-Orient. Il a joué de nombreux rôles à l’opéra, notamment Polyphemus dans Acis et Galatée, Aeneas dans Dido et Aeneas, Papageno dans La flûte enchantée, Figaro dans Les noces de Figaro, Leporello dans Don Giovanni, Ned Keene dans Peter Grimes, Vicar dans Albert Herring, Noé dans L’arche de Noé, John Bunyan et Lord Hate-Good dans The Pilgrim’s Progress de Vaughan Williams, Melchior dans Amahl and the Night Visitors de Menotti, Young Sam dans la première britannique de A Quiet Place de Bernstein, Jupiter dans Castor et Pollux à Paris avec Gardiner, Starek et le maire dans Jenůfa, Antenor et Calkas dans Troïlus et Cressida de Walton avec l’Orchestre philharmonique et Hickox pour la BBC, Zuniga dans Carmen à l’Opéra Comique de Paris avec sir John Eliot Gardiner, Argenio dans Imeneo au Festival international de Handel à Göttingen et Seneca dans L’incoronazione di Poppea au Théâtre Maggio Musicale Fiorentino.

Parmi ses grandes réalisations passées et futures, mentionnons La Reine des fées ainsi que Dido et Aeneas de Purcell à la Handel and Haydn Society, la Passion selon saint Jean de Bach avec le St Paul Chamber Orchestra, La Création de Haydn avec l’Orchestre symphonique de Birmingham, le Magnificat de Bach et Le Triumphlied de Brahms avec l’Orchestre symphonique de Cincinnati, le rôle du roi d’Écosse dans Ariodante au Théâtre municipal de Stuttgart et en tournée avec The English Concert, la Messe en si mineur de Bach au Festival Al Bustan à Beirut et avec Les Violons du Roy à Québec, le Requiem de Fauré avec l’Orchestre philharmonique royal, le Requiem de Mozart à l’Institut Frédéric-Chopin à Warsaw, une tournée des cantates de Bach avec la Chorale Monteverdi et sir John Eliot Gardiner et avec Nederlandse Bachvereniging et Early Music Vancouver, une tournée de la Passion selon saint Matthieu de Bach avec l’Orchestra of the Age of Enlightenment et avec Gli Angeli Genève, The Dream of Gerontius d’Elgar avec l’Orchestre symphonique d’Indianapolis, A Child of Our Time de Tippett au Festival Saint-Denis et les rôles d’Herod et du père dans L’Enfance du Christ de Berlioz avec l’Orchestre symphonique de Melbourne et sir Andrew Davis.

La Chapelle de Québec Chœur de chambre

Créée en 1985 par son chef fondateur et directeur musical Bernard Labadie, La Chapelle de Québec est un des plus importants ensembles vocaux d’Amérique du Nord. Il est formé exclusivement de chanteurs professionnels triés sur le volet qui viennent de partout au Canada. Ce choeur de chambre unique se spécialise dans le répertoire avec orchestre des XVIIe et XVIIIe siècles, qu’il interprète régulièrement avec l’orchestre de chambre Les Violons du Roy, son alter ego, mais aussi à titre de chœur invité avec certains des plus grands orchestres d’Amérique du Nord. Ses interprétations des oratorios, requiem, messes et cantates de Bach, Handel, Mozart et Haydn, mais aussi de Fauré et de Duruflé, constituent des événements fréquemment acclamés par la presse nationale et internationale.

La Chapelle de Québec se fait entendre régulièrement à Québec au Palais Montcalm et à Montréal à la Maison symphonique, mais aussi au Walt Disney Concert Hall avec le Los Angeles Philharmonic et à Carnegie Hall avec Les Violons du Roy et Orchestra of St. Luke’s, ainsi qu'à Ottawa avec l’Orchestre du Centre National des Arts. Ses concerts sont souvent relayés sur les ondes de CBC et Radio-Canada ainsi que sur le réseau américain NPR.

La Chapelle de Québec est aussi connue pour sa participation au Chemin de Noël, un événement annuel qui rassemble la grande communauté des mélomanes de la région de Québec à chaque mois de décembre.

Programme

J.S. BACH

• Cantate Ich glaube, lieber Herr, BWV109
• Cantate Wachet auf, ruft uns die Stimme, BWV140
• Cantate Herz und Mund und Tat und Leben, BWV147

Tarifs et billetterie

Période exclusive d’abonnement du 27 avril au 17 mai 2022

Les billets à l'unité seront en vente dès le mercredi 18 mai 2022 à midi.

Partenaires