Aller au contenu
Tournée

Festival International du Domaine Forget

Billets
Date
20 août 2022 à 20:00
Lieu

Salle de concert du Domaine Forget de Charlevoix

5, rang Saint-Antoine
Saint-Irénée (Québec)
Canada G0T 1V0

S'y rendre
Tarif 62 $

Chefs et solistes

Jonathan Cohen Chef

Jonathan Cohen mène déjà une remarquable carrière de chef d’orchestre, de violoncelliste et de claveciniste. Réputé pour sa passion et son engagement envers la musique de chambre, il maîtrise avec autant d’aisance divers répertoires, comme l’opéra baroque et les œuvres symphoniques classiques. Il est à la fois directeur artistique d’Arcangelo et du Festival de musique de Tetbury, directeur musical des Violons du Roy et partenaire artistique de l’Orchestre de chambre de Saint Paul.

En 2010, Jonathan Cohen a fondé l’ensemble Arcangelo dans un désir de mener à bien des projets spéciaux de haute qualité. Il s’est produit avec la troupe dans des salles de concert et des festivals prestigieux comme le Wigmore Hall de Londres, les philharmonies de Berlin et de Cologne, le Musikverein de Vienne, le Festival de Salzbourg et le Carnegie Hall de New York. Arcangelo a fait ses débuts aux BBC Proms à la Sam Wanamaker Playhouse en 2016, puis y est retourné en 2018 pour présenter, à guichets fermés, Theodora au Royal Albert Hall. À l’occasion des célébrations de son 10ᵉ anniversaire, l’ensemble jouera à nouveau Theodora à la Konzerthaus de Vienne en janvier 2020, ainsi que Die Schöpfung de Haydn au Barbican Centre.

Arcangelo est fort occupé et très sollicité en studio, s’associant avec des solistes réputés comme Iestyn Davies (leur disque Arias for Guadagni a d’ailleurs gagné le prix du récital de l’année aux Gramophone Awards 2012 et celui des cantates de Bach, le prix de l’enregistrement vocal baroque aux Gramophone Awards 2017), Anna Prohaska et Christopher Purves chez Hyperion. L’album que Vilde Frang et lui ont consacré à Mozart, sorti sous étiquette Warner Classics, a atteint le sommet du palmarès de musique classique au Royaume-Uni et décroché le prix Echo Klassik Concert. Par ailleurs, ses albums avec Christiane Karg et Matthew Rose ont tous deux été en lice pour un prix à l’International Opera Award de 2016. Son enregistrement des concertos pour violoncelle de C.P.E. Bach avec Nicolas Altstaedt chez Hyperion lui a valu un prix du BBC Music Magazine dans la catégorie des concertos en 2017, alors que son enregistrement des Sonates en trio, op. 1 de Buxtehude chez Alpha Classics a été en lice dans la catégorie de la meilleure performance de musique de chambre/petit ensemble aux Grammy Awards 2018. Les plus récents disques d’Arcangelo, Magnificats par des membres de la famille Bach et Leçons de ténèbres de Charpentier, sont déjà louangés par la critique.

Karina Gauvin Soprano

Reconnue pour son travail dans le répertoire baroque, la soprano canadienne Karina Gauvin chante avec un égal bonheur Bach, Mahler, Britten et les musiques des 20e et 21e siècles. Au nombre des prestigieuses distinctions qu’on lui a décernées, on compte sa nomination au titre de « Soliste de l’année » par la Communauté internationale des radios publiques de langue française, le premier prix du Concours des jeunes interprètes de Radio-Canada, le prix Virginia Parker et le Maggie Teyte Memorial Prize, à Londres.

Elle chante avec les plus grands orchestres symphoniques, dont l'Orchestre symphonique de Montréal, le San Francisco Symphony, le Chicago Symphony, le New York Philharmonic et le Rotterdam Philharmonic, sans oublier les orchestres baroques tels Les Talens Lyriques, le Venice Baroque Orchestra, l’Accademia Bizantina, Il Complesso Barocco, l’Akademie Für Alte Musik Berlin, le Tafelmusik Baroque Orchestra et Les Violons du Roy. Elle a chanté sous la direction de Charles Dutoit, de Michael Tilson Thomas, de Bernard Labadie, de Christophe Rousset, d’Alan Curtis, de Sir Roger Norrington, de Kent Nagano, de Semyon Bychkov, de Hulmut Rilling et de Yannick Nézet-Séguin et elle donne des récitals avec les pianistes Marc-André Hamelin, Angela Hewitt, Michael McMahon et Roger Vignoles.

Elle a été Alcina (Handel) avec Les Talens Lyriques et Ariadne dans Die Schöne und getreue Ariadne, de Georg Conradi pour le Boston Early Music Festival. Elle a chanté Seleuce dans Tolomeo de Handel avec Alan Curtis, avec qui elle a aussi collaboré pour l’enregistrement d'opéras de Handel sur étiquettes ARCHIV/Deutsche Grammophon, Virgin et Naïve, entre autres. On l'a entendue notamment dans Tito Manlio (Vivaldi) à Bruxelles et au Barbican à Londres, dans Ezio (Handel) à Paris et à Vienne, dans Giulio Cesare (Handel) à Paris et à Vienne également, ainsi que dans Juditha Triumphans (Vivaldi) avec Andrea Marcon au Concertgebouw d'Amsterdam. Ses interprétations avec le Boston Early Music Festival Orchestra lui ont valu des nominations aux Grammy Awards en 2007 et en 2009.

Son importante discographie – plus de 30 titres – compte de nombreuses récompenses, dont un « Chamber Music America Award » pour son disque Fête Galante avec le pianiste Marc-André Hamelin, ainsi que plusieurs prix Opus.

Parmi ses projets récents, mentionnons une tournée européenne et un enregistrement de Ariodante (Handel) pour EMI Virgin Classics, une tournée européenne et un enregistrement de Giulio Cesare pour la maison Naïve, tous deux avec Il Complesso Barocco et Alan Curtis. Elle a aussi chanté Le Martyre de St-Sébastien et la Symphonie n° 2 (Mahler) avec l'Orchestre symphonique de San Francisco, sous la direction de Michael Tilson-Thomas. En 2009, elle enregistrait Les Illuminations de Britten avec les Violons du Roy, sous la direction de Jean-Marie Zeitouni, et elle vient de terminer un disque en hommage à Anna Maria Strada del Po, avec Alexander Weimann et Arion Orchestre Baroque.

Récemment, elle a chanté la Princesse dans l’Enfant et les sortilèges de Ravel, avec le Rotterdam Philharmonic et Yannick Nézet-Séguin, ainsi que la Johannes Passion de Bach avec les Violons du Roy et Bernard Labadie, en tournée au Canada puis au Carnegie Hall à New York.

Marie-Nicole Lemieux Contralto

Que Marie-Nicole Lemieux brille aujourd’hui au firmament du chant mondial n’a rien de surprenant: la chanteuse, comme la femme, rayonnent de cette aura qui n’appartient qu’aux plus grandes! Ses qualités vocales éclatent lorsqu’elle remporte en 2000 le Prix de la Reine Fabiola et le Prix du Lied au Concours Reine Elisabeth de Belgique.

Elle entame alors une carrière internationale qui la mène sur les plus grandes scènes du monde: le Canadian Opera Company de Toronto, l’Opéra de Montréal, la Scala de Milan, le Royal Opera House Covent Garden, le Wigmore Hall de Londres, La Monnaie de Bruxelles, les Staatsoper de Berlin, Munich et Vienne, l’Opernhaus de Zurich, le Theater an der Wien, le Teatro Real de Madrid, le Liceu de Barcelone, les Festivals de Salzbourg et de Glyndebourne, l’Opéra national de Paris, le Théâtre des Champs-Élysées, les Chorégies d’Orange…

L’ampleur de sa voix, sa ligne magnifiquement tenue alliées à une virtuosité sans faille ainsi que son sens des nuances et du théâtre lui permettent de triompher dans divers répertoires. Son début de carrière est marqué par la musique baroque (Orphée et Eurydice, Giulio Cesare, Ariodante, Orlando Furioso, Salomon, Theodora). Rapidement, l’évolution de sa voix lui permet d’aborder le répertoire français du XIXe siècle (Les Troyens, Samson et Dalila, Carmen, Werther), Rossini (Guillaume Tell, Tancredi, L’Italiana in Algeri) ou encore Verdi (Mrs Quickly dans Falstaff, Azucena dans Il Trovatore, Ulrica dans Un Ballo in maschera).

En parallèle de sa carrière scénique, Marie-Nicole Lemieux est également invitée à chanter le grand répertoire symphonique avec des orchestres prestigieux (New York Philharmonic, Los Angeles Philharmonic, Orchestre symphonique de Montréal, Orchestre Métropolitain, Orchestre symphonique de Québec, Les Violons du Roy, Singapore Symphony Orchestra, St. Petersburg Philharmonic Orchestra, Deutsches Symphonie-Orchester Berlin, Orchestre de l’Accademia Santa Cecilia, London Philharmonia, Rotterdam Philharmonic Orchestra, Orchestre Philharmonique de Radio-France, Orchestre National de France, Orchestre National Bordeaux Aquitaine) sous la baguette de chefs de renom tels William Christie, Myung-Whun Chung, Paul Daniel, Charles Dutoit, Ivan Fischer, Mikko Franck, Daniele Gatti, Bernard Haitink, Daniel Harding, Paavo Järvi, Bernard Labadie, Louis Langrée, Kurt Masur, Kent Nagano, John Nelson, Yannick Nézet-Séguin, Gianandrea Noseda, Antonio Pappano, Mikhaïl Tatarnikov, Michel Plasson, Michael Schønwandt, Jean-Christophe Spinosi, Pinchas Steinberg, Pinchas Zukerman.

Jean-François Lapointe Baryton

Originaire du Saguenay-Lac-St-Jean au Québec, Jean-François Lapointe est considéré comme l’un des meilleurs barytons de sa génération. Depuis ses débuts sur scène en 1983, il a chanté sur les principales scènes européennes (Paris, Strasbourg, Bordeaux, Vienne, Zurich, Barcelone, Madrid, Lisbonne, Glasgow, Hambourg, Francfort, Berlin, Liège, Toulouse) ainsi qu’en Amérique et au Japon.

Parmi ses rôles de prédilection, le rôle-titre de Pelléas et Mélisande qu’il a chanté, entre autres, dans la célèbre mise en scène de Peter Brook mais aussi à l’Opéra de Toronto, à Bonn, à Cincinnati, à l’Opéra national de Bordeaux, à Marseille, au Théâtre du Capitole de Toulouse, à Toulon et, plus récemment, à la Scala de Milan. Il a également interprété le même rôle à l’Opéra Royal de Wallonie, au Théâtre des Champs-Elysées ou encore au Concertgebouw d’Amsterdam. Il s’est produit entre autres dans les rôles-titre de Hamlet au Royal Danish Opera de Copenhague, d’Eugène Onéguine à l’Opéra de Québec, de Don Giovanni à Trieste et Marseille, et de Werther à La Monnaie de Bruxelles.

Parallèlement à sa carrière scénique, Jean-François Lapointe se produit régulièrement en concert. Interprète réputé de Duparc, Fauré et Poulenc, il chante également avec les plus grands orchestres. Il a ainsi interprété Benvenuto Cellini (Fieramosca) de Berlioz et La Chute de la maison Usher de Debussy avec l’Orchestre National de France, Béatrice et Bénedict sous la direction de Sir Colin Davis, L’Enfance du Christ avec l’Orchestre Philharmonique de Strasbourg, Les Pêcheurs de perles (Zurga) au Concertgebouw d’Amsterdam avec l’Orchestre Philharmonique de la Radio Néerlandaise, Les Mamelles de Tirésias (Le Mari) et le Requiem de Fauré avec le BBC Symphony. Il a récemment chanté dans L’Enfant et les Sortilèges de Ravel, L’Enfant prodigue de Debussy et le Requiem de Fauré avec l’Orchestre Philharmonique de Radio France.

Jean-François Lapointe a participé à plusieurs enregistrements, parmi lesquels on retrouve Benvenuto Cellini de Berlioz avec l’Orchestre National de France, Le Mage de Massenet, et Ascanio de Saint-Saëns. Il a également enregistré Le Poème de l’amour et de la mer de Chausson ainsi qu’un disque consacré aux poèmes de Verlaine mis en musique par Gabriel Fauré, Claude Debussy, Reynaldo Hahn et André Mathieu.

Charles Richard-Hamelin Piano

Charles Richard-Hamelin s’impose sur la scène musicale internationale comme un pianiste « hautement sensible » (Gramophone), animé par « une grande profondeur de sentiments sans la moindre condescendance » (Le Devoir). Il est reconnu comme un interprète « polyvalent, multidimensionnel et d’un lyrisme séduisant, un technicien d’une élégance et d’une sophistication exceptionnelles » (BBC Music Magazine).

Il a notamment reçu, en 2015, la Médaille d’argent au Concours international de piano Frédéric-Chopin à Varsovie et le prix Krystian Zimerman pour la meilleure interprétation d’une sonate. Il a aussi remporté le deuxième prix au Concours musical international de Montréal ainsi que le troisième prix et le prix spécial pour la meilleure interprétation d’une sonate de Beethoven au Seoul International Music Competition, en Corée du Sud.

Charles Richard-Hamelin est un invité recherché des plus grands festivals de musique classique, parmi lesquels le Festival international de piano de La Roque d’Anthéron en France, le Festival du Printemps de Prague, le Festival international Chopin et son Europe à Varsovie, le Festival international de Lanaudière et le Festival George Enescu à Bucarest. Il a œuvré avec des chefs d’orchestre de renom, dont Kent Nagano, Vasily Petrenko, Jacek Kaspszyk, Aziz Shokhakimov, Peter Oundjian, Jacques Lacombe, Fabien Gabel, Carlo Rizzi, Alexander Prior, Christoph Campestrini, Lan Shui, Jean-Marie Zeitouni, Charles Olivieri-Munroe, Howard Shelley, Antoni Wit et Jonathan Cohen.

Il s’est également produit comme soliste avec des orchestres réputés à travers le monde, dont l’Orchestre symphonique de Montréal, les orchestres symphoniques de Québec, de Toronto, d’Edmonton, de Varsovie, de Singapour et de Hiroshima de même qu’avec l’Orchestre Métropolitain, Les Violons du Roy, I Musici de Montréal, l’Orchestre du Centre national des Arts à Ottawa, l’Orchestre Philharmonique de Calgary, l’OFUNAM (Mexico), le Kraków Philharmonic Orchestra, l’Orchestre Philharmonique de Poznań et la Sinfonia Varsovia.

Sur disque, on doit à Charles Richard-Hamelin neuf albums, tous parus sous étiquette Analekta. Il a d’abord enregistré en 2015 des interprétations remarquées des dernières œuvres de Chopin. Lancé en 2016, son deuxième album rassemble des œuvres de Beethoven, Enescu et Chopin, enregistrées en concert au Palais Montcalm de Québec. Sa discographie s’est ensuite enrichie de trois albums, l’un consacré au premier volet d’une intégrale des sonates pour violon et piano de Beethoven, enregistré avec le violon solo de l’Orchestre symphonique de Montréal Andrew Wan, le second tiré d’un enregistrement en concert des deux concertos pour piano et orchestre de Chopin, avec l’Orchestre symphonique de Montréal sous la direction de Kent Nagano et le troisième, une intégrale des ballades et impromptus de Chopin. Sa plus récente collaboration avec Les Violons du Roy a mené à la parution d’un album Mozart (concertos pour piano no 22 et 24) sous la direction de Jonathan Cohen. Ces albums ont reçu des prix et un accueil enthousiaste des plus grands critiques musicauxEn 2021, paraissaient le deuxième volume de son intégrale des sonates pour violon et piano de Beethoven avec Andrew Wan, ainsi qu’un nouveau récital Chopin, présentant les 24 Préludesl’Andante spianato et la Grande polonaise brillante

Programme

W.A. MOZART

Concerto pour piano n° 20 en ré mineur, K. 466

F.J. HAYDN

Symphonie n° 104 en ré majeur, « Londres »

 

Autres œuvres à communiquer