Aller au contenu
Tournée Hors série

ANNULÉ Concert à la Philharmonie de Paris

Billets
Date
31 janvier 2022 à 20:30
Lieu

Grande salle Pierre Boulez

Cité de la musique - Philharmonie de Paris
221, avenue Jean-Jaurès
75019 Paris

S'y rendre

CONCERT ANNULÉ

Chefs et solistes

Bernard Labadie
Bernard Labadie Chef

Reconnu internationalement pour son expertise dans le répertoire des XVIIe, XVIIIe et du début du XIXe siècle, Bernard Labadie est le chef fondateur des Violons du Roy, dont il a assumé la direction musicale de 1984 à 2014, et exerce toujours les fonctions de directeur musical du chœur La Chapelle de Québec, qu’il a fondé en 1985. À la tête de ces deux ensembles, il a effectué de nombreuses tournées dans les Amériques et en Europe, dans les plus grandes salles et les plus grands festivals : le Carnegie Hall et le Lincoln Center (New York), le Walt Disney Concert Hall (Los Angeles), le Kennedy Center (Washington), le Barbican (Londres), la Philharmonie de Berlin, le Théâtre des Champs-Élysées (Paris), le Palais des Beaux-Arts (Bruxelles) et les festivals de Salzbourg, Bergen, du Rheingau et du Schleswig-Holstein. Au printemps 2018, il dirige Les Violons du Roy lors de deux tournées aux États-Unis, au Mexique et en Colombie en compagnie de la violoniste Isabelle Faust et de la soprano Julia Lezhneva.

En 2017, Bernard Labadie a été nommé chef principal de l’Orchestra of St. Luke’s de New York, fonction qu’il occupe à partir de la saison 2018-2019. Il dirige notamment la série annuelle de concerts de cet orchestre à Carnegie Hall. Chef invité très recherché, il dirige régulièrement les grands orchestres nord-américains et européens. En 2017-2018, il est à la tête des orchestres de Cleveland et du Minnesota, des orchestres symphoniques de Pittsburgh, Saint-Louis, Baltimore et Toronto, des orchestres de la radio de Francfort, Finlande (Helsinki) et Berlin, l’Orchestre philharmonique de Radio-France, l’Orchestre national de Lyon et l’Orchestre du Centre national des Arts à Ottawa. Depuis le début de sa carrière internationale à la fin des années 1990, on l’a aussi vu, entre autres, au pupitre de l’Orchestre de la radio bavaroise (Munich), de l’Orchestre du Concertgebouw (Amsterdam), des orchestres de Chicago, New York, Philadelphie, Boston, Los Angeles, San Francisco, Houston et Atlanta, du New World Symphony (Miami Beach) et de l’Orchestre symphonique de Montréal.

Très actif avec les orchestres sur instruments d’époque, il a fait ses débuts avec l’Akademie für alte Musik de Berlin en novembre 2017, et a aussi dirigé l’Academy of Ancient Music, The English Concert, l’Orchestra of the Age of Enlightenment, l’orchestre du Collegium Vocale (Gand) ainsi que la Handel and Haydn Society (Boston) et l’Ensemble Arion (Montréal).

À l'opéra, il a été le directeur artistique de l'Opéra de Québec (1994-2003) et de l'Opéra de Montréal (2002-2006), et à titre de chef invité, il a dirigé notamment au Metropolitan Opera (New York) et aux opéras de Santa Fe, Cincinnati et Glimmerglass. En janvier 2017, il a fait ses débuts au Canadian Opera Company (Toronto), où il retourne en 2019.

À la tête des Violons du Roy ou comme chef invité, il a enregistré une vingtaine de disques pour les maisons Virgin Classics (maintenant Erato), EMI, Dorian, ATMA, Hyperion et Naïve. Deux nouvelles parutions, à la tête de l’Orchestre de la SWR de Fribourg et de l’Akademie für Alte Musik de Berlin, paraissent en 2018.

Grand ambassadeur de la vie musicale de Québec, sa ville natale, Bernard Labadie a été fait Officier de l'Ordre du Canada en 2005 et Chevalier de l'Ordre national du Québec en 2006. En 2008, il a reçu le Banff Centre's National Arts Award pour sa contribution au développement des arts au Canada, et un doctorat honorifique de l'Université Laval, son alma mater. En 2016, Bernard Labadie a reçu le prix Samuel de Champlain à Paris ainsi que l'insigne de Compagnon des arts et des lettres du Québec pour son apport aux arts dans la société québécoise. Il reçoit en mai 2018 un doctorat honorifique de la Manhattan School of Music à New York.

Alexandre Tharaud Piano

Au fil de sa carrière de 25 ans, Alexandre Tharaud est devenu une figure unique du monde de la musique classique et une icône du piano français. Son extraordinaire discographie de plus de 25 albums solos, dont la plupart ont reçu d’importants prix de la presse musicale, présente un répertoire allant de Couperin, Bach et Scarlatti à Mozart, Beethoven, Schubert, Chopin, Brahms et Rachmaninov en passant par les grands compositeurs français du XXe siècle. Son art est également marqué par ses collaborations avec des metteurs en scène, des danseurs, des chorégraphes, des écrivains et des cinéastes ainsi qu’avec des auteurs-compositeurs et des musiciens n’appartenant pas au monde de la musique classique.

Alexandre est un soliste très prisé qui se produit avec bon nombre des plus grands orchestres du monde. Il se donnera prochainement en concert avec l’Orchestre de Paris, l’Orchestre national de France, l’Orchestre du Centre national des Arts (CNA) d’Ottawa, Les Violons du Roy, le BBC Scottish Symphony Orchestra, le Beethoven Orchester Bonn, l’orchestre de chambre de Zurich ou encore l’Orchestre symphonique de l’État de São Paulo. Ses derniers concerts ont notamment été donnés en collaboration avec l’Orchestre symphonique de la Radiodiffusion bavaroise, l’Orchestre royal du Concertgebouw, l’Orchestre de Cleveland et l’Orchestre de Philadelphie, le Cincinnati Symphony Orchestra, le London Philharmonic Orchestra, le hr-Sinfonieorchester de Francfort et l’Orchestra dell'Accademia Nazionale di Santa Cecilia.

Alexandre a un contrat exclusif avec Erato Records. Après avoir sorti Chanson d’amour avec Sabine Devieilhe en septembre 2020, il a entamé une tournée qui s’est notamment arrêtée au Wigmore Hall de Londres, à La Monnaie de Bruxelles, au Concertgebouw d’Amsterdam, au Philharmonie Berlin, au Théâtre des Champs-Élysées de Paris et au Teatro alla Scala de Milan. Un mois plus tard sortait Le Poète du Piano, une compilation de quelques-uns des titres les plus connus d’Alexandre. Sa discographie témoigne de son affinité éclectique avec de nombreux styles musicaux. Ses derniers albums comportent Versailles, qui célèbre les compositeurs des tribunaux des rois français Louis XIV, XV et XVI, un hommage à l’autrice-compositrice-interprète Barbara, un album sur Brahms en duo avec Jean-Guihen Queyras (régulier partenaire de musique de chambre depuis 20 ans) et le Concerto pour piano no 2 de Rachmaninov. Ses enregistrements de Rameau, de Scarlatti, des Variations Goldberg et du Concerto italien de Bach, des trois dernières sonates de Beethoven, des Vingt-quatre préludes de Chopin et de l’intégrale des œuvres pour piano de Ravel ont été salués par la critique.

Jean-Guihen Queyras Violoncelle

Jean-Guihen Queyras s’est imposé comme un musicien d’une polyvalence et d’une intégrité remarquables. Son vaste répertoire est à la mesure de sa curiosité musicale, ce qui en fait un soliste et un chambriste très prisé par les orchestres et les chefs du monde entier.

Il s’est produit aux côtés des plus grands orchestres, notamment l’Orchestre symphonique de la Radiodiffusion bavaroise, l’Orchestre de Philadelphie, l’Orchestre de Paris, le Philharmonia, l’Orchestre symphonique de la NHK, l’Orchestre philharmonique de Rotterdam, la Tonhalle de Zurich, l’Orchestre du Gewandhaus de Leipzig, l’Orchestre du Festival de Budapest, l’Orchestre de Suisse romande et l’Orchestre philharmonique des Pays-Bas, sous la baguette de maestros comme Ivan Fischer, Philippe Herreweghe, Yannick Nézet-Séguin, Jiri Bělohlávek et Sir Roger Norrington. Il s’exécute régulièrement comme soliste au sein de plusieurs ensembles de musique ancienne, y compris l’Orchestre baroque de Fribourg et l’Akademie für Alte Musik Berlin.

Jean-Guihen Queyras a souvent séjourné comme artiste en résidence, notamment au Concertgebouw d’Amsterdam, au Festival d’Aix en Provence, à l’Ensemble Resonanz et à l’Orchestre symphonique de Bochum, et prochainement au Wigmore Hall de Londres pour la saison 2015-2016.

Passionné de musique contemporaine, il est déterminé à repousser les limites de son instrument. Pour ce faire, il collabore avec différents compositeurs de la trempe de Bruno Mantovani, Jörg Widmann, Michael Jarrell, Johannes-Maria Staud, Peter Eötvös et Pierre Boulez. Il a confié à Thomas Larcher la composition d’une pièce pour violoncelle seul et orchestre à cordes, qu’il interprétera pour la première fois avec la Sinfonietta d’Amsterdam en 2016.

Au nombre des chambristes qui l’accompagnent régulièrement figurent les pianistes Alexandre Tharaud et Alexander Melnikov et la violoniste Isabelle Faust. Jean-Guihen Queyras est membre du quatuor Arcanto avec Tabea Zimmermann, Antje Weithaas et Daniel Sepec, en plus de se produire aux côtés de Kevyan et Bijan Chemirani, virtuoses du zarb.

L’artiste a enregistré plusieurs pièces chez Harmonia Mundi. Encensée dès sa sortie, son interprétation des six suites pour violoncelle seul de Bach lui a valu le Diapason d’Or et le titre d’album de l’année par Diapason. Parmi ses récentes prestations, citons le Concerto pour violoncelle d’Edward Elgar et les Variations sur un thème Rococo de Tchaïkovski avec l’Orchestre symphonique de la BBC dirigé par Jiří Bělohlávek, de même qu’un projet composé exclusivement d’œuvres de Schumann, y compris des trios pour piano avec Isabelle Faust et Alexander Melnikov et des concertos avec l’Orchestre baroque de Fribourg.

Professeur à la Musikhochschule de Fribourg-en-Brisgau, Jean-Guihen Queyras s’exécute depuis novembre 2005 sur un violoncelle fabriqué par Gioffredo Cappa en 1696 et prêté par Mécénat Musical Société Générale.

Programme

J. BOULOGNE DE SAINT-GEORGES

Ouverture de l’opéra L’amant anonyme

W.A. MOZART

Concerto pour piano n°23 en la majeur, K.488

C.P.E. BACH

Concerto pour violoncelle

F.J. HAYDN

Symphonie n°45 en fa dièse mineur, Hob.I:45 «Les Adieux»