Extraits de presse

Christophe Huss, Le Devoir, Montréal

Publié le 24 mai 2016

« Dilemme rare, mais heureux : trouver des mots pour décrire l’indicible. […] La question que l’on se pose forcément dans une salle face à une telle prestation est “ que suis-je en train de vivre et qu’est-ce qui explique le miracle ? ” Concert de l’année ? Au final, oui, car à l’interrogation « quel concert aurais-je envie de revivre plus que tout ? » la réponse ne souffre aucune ambiguïté : celui de Leonardo García Alarcón et des Violons du Roy ! »

Laurence Vittes, Bachtrack, Los Angeles

Publié le 21 avril 2016

“Sumptuous Bach and Handel from Les Violons du Roy in LA”

Richard S. Ginell, Los Angeles Times, Los Angeles

Publié le 15 avril 2016

“Bernard Labadie’s welcome return to Disney Hall”

Christophe Huss, Le Devoir, Montréal

Publié le 29 février 2016

« Un bijou de concert didactique. […] Bernard Labadie cultive depuis longtemps la passion de transcrire ou d’adapter Bach pour ses Violons du Roy […] En totale maîtrise de son sujet, le chef transcripteur fut constamment pertinent et passionnant. »

Christophe Huss, Le Devoir, Montréal

Publié le 15 février 2016

« Vendredi soir, Bernard Labadie, Les Violons du Roy et La Chapelle de Québec présentaient à Montréal la Messe en ut et le Requiem de Mozart. Je croisais à la pause un jeune musicien professionnel qui entendait Les Violons du Roy pour la première fois. Il était à court de mots. Disons que “ invraisemblable ” et “ incroyable ” revenaient souvent… Il avait bien raison. »

Richard Boisvert, Le Soleil, Québec

Publié le 11 février 2016

« L’exécution de [la Messe en do mineur de Mozart] s’est révélée remarquablement nuancée et portée par un élan puissant et expressif. […] […] Les moments les plus intenses de l’œuvre, on les doit bien sûr à la Chapelle de Québec. […] La puissance de toutes ces voix réunies a fait s’élever sur scène un monument sonore des plus majestueux. […] Le début du Credo, avec son impétueux accompagnement de cordes, et ses effets dynamiques plein de goût et d’intelligence, prenait une dimension épique inattendue. »

Richard Boisvert, Le Soleil, Québec

Publié le 4 décembre 2015

« Un festin de cordes. […] On a eu droit à une fête du violon, à un irrésistible tourbillon d’archets. Pas de place pour le compromis […] Ce fut à la fois spectaculaire et passionnant. »

Richard Boisvert, Le Soleil, Québec

Publié le 6 novembre 2015

« Oui, Anthony Marwood et les Violons du Roy ont encore réussi à se surpasser, jeudi après-midi au Palais Montcalm. Ce concert tout Beethoven est à inscrire dans les mémoires comme un moment privilégié. Le genre de programme qu'on reçoit comme un don, sans réserve et avec gratitude, et dont on voudrait pouvoir chérir le souvenir intact et vivant pour toujours dans son cœur.  »

Richard Boisvert, Le Soleil, Québec

Publié le 23 octobre 2015

« Encore une fois, on a pu constater les merveilles que peuvent accomplir les Violons du Roy lorsqu'ils travaillent en compagnie d'Anthony Marwood, leur désormais Premier artiste invité. La direction du violoniste britannique, mélange équilibré de rigueur et de sensibilité artistique - la main de fer dans le gant de velours, si on préfère -, se fait sentir dès l'ouverture du concert.  »

Christophe Huss, Le Devoir, Montréal

Publié le 17 octobre 2015

« Quelle intelligence musicale ! […] La manière de Jonathan Cohen est celle de la communion musicale d’un groupe, dans une approche plus détendue. Avec lui, l’interprétation n’est pas une "performance" ou un "challenge". Et pourtant l’auditeur reste attentif, captivé […] D’ores et déjà le bilan de la manière dont Les Violons du Roy ont pallié l’absence de Bernard Labadie est à classer dans le haut du panier de ce qui s’est fait de plus intelligent, sur le plan artistique, au Québec ces dernières années. Le choix d’invités allie collaborations ponctuelles stimulantes (Pinnock, Goebel, Levin, Spinosi) et rapprochement avec de possibles successeurs de Bernard Labadie, qui, rappelons-le, avant sa maladie, avait annoncé son retrait des Violons, dont il est désormais chef fondateur émérite en plus de rester directeur musical de la Chapelle de Québec.  »