Publié le 15 octobre 2020

NOTES ET SOUVENIRS SUR 28 CONCERTS INOUBLIABLES, PREMIÈRE PARTIE (1/2)

Du 1er au 28 octobre, Les Violons du Roy et La Chapelle de Québec partagent avec leur public leurs souvenirs à propos des 28 concerts les plus marquants de leur histoire.

 

Le 14 octobre 1984, Les Violons du Roy donnent le tout premier concert de leur histoire, dans la Salle Henri-Gagnon de l’Université Laval. Au programme, Telemann, Vivaldi, Albinoni et Mozart.

« Les Violons du Roy sont à Québec pour y rester » peut-on lire dans le programme du concert, sous la plume de jeune inconnu, Bernard Labadie de 21 ans. Jouant de la flûte à bec, il est aussi l’un des 3 solistes, aux côtés de la soprano Lyne Fortin et de l’organiste Richard Paré.

 

Le 15 juin 2013 a lieu un événement peu commun dans la vie musicale mondiale, rien de moins. Ce jour-là, Marc-André enchaînent les 5 concertos pour piano de Beethoven dans une seule et même journée, accompagné des Violons du Roy et de Bernard Labadie, le tout à l’occasion de l’ouverture de la 35e édition du Festival du Domaine Forget.

Dans l’après-midi du 15 juin, il ne s’agit « que d’une générale » pour le concert du lendemain consacré aux 3e, 4e et 5e concertos du grand maître. Puis, le soir-même, le premier des 2 concerts, celui consacré aux deux premiers concertos et à l’ouverture Coriolan.

Tant dans la salle que sur scène, les émotions seront vives et nombreuses, plusieurs auditeurs ayant la larme à l’œil au terme du second concert, convaincus d’avoir vécu quelque chose de rare et de précieux. 

 

Le 16 octobre 2014, Alexandre Tharaud, Les Violons du Roy et Jonathan Cohen sont réunis à la galerie des Glaces du Château de Versailles pour présenter le Concerto en fa mineur de Bach, le Concerto « Jeunehomme » de Mozart et la Symphonie « Passione » de Haydn.

Il s’agissait du 5e concert d’une 2e tournée européenne aux côtés d’Alexandre Tharaud. C’est Bernard Labadie qui devait diriger, mais il était alors retenu à Québec, au plus fort de sa lutte contre le cancer. Jonathan Cohen avait été appelé à la dernière minute, amorçant de cette façon sa collaboration avec Les Violons du Roy. Il garde un très bon souvenir de ce concert.

 

Le 17 novembre 1995, La Chapelle de Québec et Les Violons du Roy donnent pour la toute première fois, King Arthur, le « semi-opéra » d’Henry Purcell, sous la direction de Bernard Labadie et à l’Église St-Dominique, où tant de concerts se dont donnés jusqu’en 2007. Ces concerts ne pouvaient avoir lieu que grâce au gigantesque travail des bénévoles, tant à la construction de la scène qu’à l’accueil du public.

Les solistes comprenaient les sopranos Ann Monoyios et Christine Brandes, l’alto Daniel Taylor, le ténor Frederick Urrey et le baryton Brett Polegato. Deux jours plus tard, le concert était donné à la Salle Pollack de l’université McGill où l’œuvre était captée pour la chaîne culturelle de CBC Radio-Canada.

 

Le 10 octobre 2018, avec Anthony Roth Costanzo et Jonathan Cohen, Les Violons du Roy donnent le coup d’envoi d’une tournée dans le nord-est américain par un concert au Jorgensen Auditorium de l’Université du Connecticut, dans la foulée du disque Handel – Glass enregistré l’année précédente et tout juste paru chez Decca Gold. 

Ce concert est le 140e concert aux États-Unis des Violons du Roy et le début de leur 28e tournée au pays d’Abraham Lincoln, une tournée dans de magnifiques paysages d'automne, marquée de longues heures de transport ponctuées de parties de aki.

 

Le 17 décembre 1998, La Chapelle de Québec fait ses débuts à Toronto aux côtés des Violons du Roy dont le premier concert dans la Ville-Reine remonte à 1995. C’est un concert important puisque c’est aussi le tout premier concert de la « nouvelle Chapelle » qui recrute dorénavant ses choristes à travers le Canada. L’accueil du public torontois dépasse toutes les attentes et a marqué l’imaginaire de tous les artistes réunis ce soir-là. 

Le concert est donné dans l’une des trois salles du Toronto Centre for the Arts (qui à l’époque s’appelait le Ford Centre for the Performing Arts), le George Weston Recital Hall, rempli à pleine capacité. Donna Brown, Linda Maguire, Alan Bennet et Stephen Powell sont les quatre solistes réunis par Bernard Labadie pour l’occasion. La Chapelle de Québec et Les Violons du Roy retourneront donner le Messie à Toronto en 1999, en 2001 et en 2003.

 

Le 9 mai 2008, Les Violons du Roy vivent un moment important qui est aussi un bon défi : leur toute première interprétation des Metamorphosen de Richard Strauss, l’un des plus grands chefs-d’œuvre pour orchestre à cordes de tout le répertoire. Un projet proposé par Jean-Marie Zeitouni, important collaborateur des Violons du Roy pendant plus de 10 ans, d’abord comme chef en résidence, puis comme chef associé et enfin comme premier chef invité. 

Au fil des ans, l’association de Jean-Marie Zeitouni et des Violons du Roy sera à l’origine de plus de 150 concerts, de 3 disques et d’un important accroissement du répertoire musical. Ce concert avec les Metamorphosen de Strauss fait partie des bons souvenirs qu’a laissés Jean-Marie aux Violons du Roy, tel que le rappelle la violoniste Noëlla Bouchard.

 

Le 10 février 2016, Bernard Labadie effectue son grand retour à la tête de La Chapelle de Québec et des Violons du Roy, après près de deux ans d’une intense lutte contre la maladie. C’est avec son nouveau titre de chef fondateur et de directeur musical de La Chapelle de Québec qu’il retrouve les ensembles qu’il a fondés et la salle à laquelle il a apporté une contribution déterminante, le Palais Montcalm.

C’est aussi Bernard Labadie qui a choisi le programme : la Grande Messe en do mineur et le Requiem de Mozart. Il y a beaucoup d’émotions, tant chez le public que sur la scène qui réunit Lydia Teusher, Krisztina Szabo (remplaçant Allyson McHardy à la toute dernière minute), Thomas Cooley, Benjamin Appl, 36 choristes et 35 instrumentistes.

Plusieurs d’entre eux gardent un souvenir ému de cet événement, de ces retrouvailles. C’est le cas du ténor Marcel de Hêtre et de la violoniste Pascale Gagnon.

 

Le 5 mai 2016, les musiciens des Violons du Roy donnent un premier concert avec la violoniste Isabelle Faust, sous la direction de Jonathan Cohen. «Le courant passe » immédiatement… Après deux concerts au Palais Montcalm et deux à la Salle Bourgie, une tournée américaine est organisée au printemps 2018, cette fois avec Bernard Labadie, toujours autour des concertos pour violon de Bach, incluant le concerto pour 2 violons avec Pascale Giguère. 

Cette tournée américaine comprendra des arrêts à Charlottesville, Los Angeles, Pittsburgh, Washington et New York. L’altiste Isaac Chalk et plusieurs de ses collègues gardent un souvenir impérissable de tous ces concerts.

 

Le 23 mars 2007, une semaine après une soirée inaugurale et plusieurs années d’attente, c’est le grand concert d’ouverture de la Salle Raoul-Jobin du Palais Montcalm – Maison de la musique, après 5 ans de travaux pour en faire l’une des meilleures salles de concert du continent. 

L’œuvre choisie par Bernard Labadie pour l’occasion est l’oratorio Israel in Egypt de Handel, une grande fresque chorale rendue avec tout le faste nécessaire, avec 6 solistes, 44 choristes et 34 instrumentistes. 

C’est un moment déterminant dans l’histoire des Violons du Roy et de La Chapelle de Québec.

 

Les 10, 11 et 12 avril 2013, Anthony Marwood propose une Sérénade nordique à Salle Bourgie et au Palais Montcalm. Le programme comprend des œuvres de Sibelius, de Tchaïkovski et, pour la première fois aux Violons du Roy, une œuvre du compositeur letton Pēteris Vasks. 

Ayant amorcé une belle collaboration et fructueuse avec Les Violons en 2011, le violoniste et chef invité Anthony Marwood souhaitait cette fois faire découvrir aux musiciens et au public des Violons du Roy : Täla Gaisma (Lumière distante, Distant Ligth, 1996-97) de Vasks. Mission accomplie : si une bonne parte du public était venue au concert pour Sibelius et Tchaïkovski, c’est l’œuvre de Vasks qui aura fait la plus forte impression lors de ces concerts.

Plusieurs musiciens des Violons ont aussi gardé un grand souvenir de ces concerts. C’est notamment le cas de l’altiste Annie Morrier.

 

Le 28 juillet 2004, à l’avant-dernier concert d’une tournée européenne de six concerts (Allemagne, France, Autriche et Pays-Bas), Les Violons du Roy font leurs débuts dans une salle mythique, avec une artiste qui aura su inspirer durablement les 21 musiciens partageant la scène avec elle. 

La salle, c’est le Concertgebouw d’Amsterdam et, l’artiste, la mezzo-soprano Magdalena Kozena dont le premier contact avec Les Violons du Roy remontait à l’été 2000 au Festival de Lanaudière. Le programme tout Handel dirigé par Bernard Labadie comprend quelques grands airs comme Where shall I fly, L’angue offeso et Scherza infida, avec le solo de basson joué par Mathieu Lussier. 

Le concert est resté gravé dans le cœur de nombreux musiciens, dont celui des violonistes Nicole Trotier et Noëlla Bouchard. Un enregistrement d’archives et des photos ravivent ce souvenir.

 

Le 22 septembre 2001 au Lincoln Center for the Performing Arts à New York, 11 jours après les attentats du World Trade Center, Bernard Labadie a dirigé le Requiem de Mozart et la Messe "Nelson" de Haydn. À cette occasion, les solistes Karina Gauvin, Marie-Nicole Lemieux (dans ses débuts à New York), John Tessier, Nathan Berg se sont joints aux 33 choristes de La Chapelle de Québec et aux 27 instrumentistes des Violons du Roy.

C’était une expérience hors de l’ordinaire, tant pour le public que pour les artistes. Dans des circonstances difficiles, nous avons pu constater le grand pouvoir consolateur que peut avoir la musique. Nous en gardons tous un souvenir ému, et c’est aussi le cas de la violoniste Nicole Trotier, qui nous a proposé de partager ce souvenir.