Marie-Eve Munger

Soprano

Marie-Eve Munger

Native de Saguenay au Québec, la soprano Marie-Eve Munger a obtenu sa maîtrise à l'École de musique Schulich de l'Université McGill à Montréal. Après avoir remporté le premier prix au Concours international de chant de Marmande en 2007 en France, elle a rapidement été engagée pour des premiers rôles au Théâtre du Châtelet, à l'Opéra de Tours et l'Opéra-Théâtre de Metz. Elle a ensuite fait ses débuts en Amérique avec le Gotham Chamber Opera et le Minnesota Opera. Elle s'est depuis forgé une solide réputation pour sa voix «gracieuse, virtuose» (The New York Times) sa présence scénique forte - «elle a volé le spectacle»  (The Washington Post) - ainsi que «son intelligence, sa musicalité et son sens poétique» (Opera News).

Cette saison 2018-2019, elle fait ses débuts avec le Chicago Lyric Opera dans Cendrillon de Massenet, débute dans le rôle de Zerbinetta avec l'Opéra de Lausanne, fait un concert avec Les Violons du Roy et reprend son rôle de Musette dans Bohème, notre jeunesse en tournée en France et en Corse.

Ces dernières années, Marie-Eve a fait ses débuts au Teatro alla Scala de Milan, au Liceu de Barcelone et au Festival d’Aix-en-Provence dans la production d’Elektra de Patrice Chéreau dirigée par Esa-Pekka Salonen. Elle a débuté aux Proms de la BBC au Royal Albert Hall sous la direction de Semyon Bychkov, avec le Chicago Symphony Orchestra et l'Orchestre du Bayerishen Rundfunks de Munich dans L'Enfant et les sortilèges sous la direction de Esa-Pekka Salonen, elle est retourné à Munich pour interpréter Lakmé, dirigé par Laurent Campellone, puis a débuté au Göteborg Opera en Suède pour Ophélie dans Hamlet, en plus de prestations avec Opera Carolina, Virginia Opera et Toledo Opera pour Juliette, à l'Opéra de Lausanne dans le rôle-titre de My Fair Lady, à l'Orchestre symphonique de Montréal dirigé par Kent Nagano pour la première mondiale de Paradis perdu de Régis Campo (spécialement composé pour elle), ainsi qu'au Wexford Opera Festival dans Don Bucefalo.